Présentation des lettres babéliennes

A l’heure de décider quels documents traduire et éditer en premier lieu, la réponse de notre équipe fut unanime : des lettres d’immigrés installés à Babel.

Rien n’aide davantage que ces témoignages à comprendre Babel – à notre sens du moins. Chacun, nous les utilisons dans nos recherches, prioritairement à toute autre source, lorsqu’il s’agit non plus de prouver tel ou tel fait ou évènement, mais de comprendre et de faire comprendre.

Tout regard extérieur est, par nature, éminemment intéressant. Nous essaierons en outre de privilégier les courriers de correspondants ayant vécu au moins quelques mois à Babel, afin qu’à leur regard extérieur s’ajoute une connaissance minimale de l’intérieur.

De plus – comme le savent déjà ceux qui ont lu notre premier témoignage publié aux Editions Ovadia -, la langue de la Ville universelle qu’est Babel (une sorte de pidgin véhiculaire aux origines inconnues) est bien trop lisse et polie, trop collée aux valeurs de la Ville pour permettre d’examiner cette dernière avec un minimum sinon de distance critique, du moins de recul : d’où l’intérêt de recourir à des immigrés écrivant dans leur langue.

Enfin, ces lettres sont, dans l’immense majorité des cas, adressées à des proches ou à des connaissances qui n’ont jamais mis les pieds à Babel : aussi ces documents sont-ils d’autant plus à même de nous faire comprendre Babel, nous qui n’y vivons pas non plus, et ne connaîtrons jamais cette civilisation disparue – encore que…

Quant à la présentation de ces lettres, nous avons décidé de nous en tenir au strict minimum, c’est-à-dire le plus souvent de nous contenter de traduire la lettre, sans fournir aucune indication au lecteur concernant son auteur. La première raison de ce choix est l’extrême diversité des origines historiques, géographiques, culturelles et sociales des individus dont nous traduirons les correspondances : les présenter au lecteur d’aujourd’hui impliquerait de leur présenter d’abord la société de l’auteur – or, puisque nous parlons d’un monde disparu, ses visiteurs sont par définition eux aussi très éloignés de nous. La seconde et principale raison est que le but de ces lettres n’est pas tant de décrire précisément, à la manière d’un ouvrage scientifique classique, les structures économiques et sociales de Babel, que d’en faire saisir au lecteur la logique interne, la dynamique, l’esprit : aussi avons-nous choisi de le laisser le plus seul possible face à l’auteur disparu de la lettre qu’il a sous les yeux, afin qu’ait une chance d’opérer, par-delà les millénaires, cette chose d’autant plus universellement proclamée et affichée qu’elle est peu comprise et pratiquée, qu’autrefois l’on désignait sous le terme de sympathie, et que de nos jours l’on nomme empathie.

Une réflexion sur “Présentation des lettres babéliennes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s